CROQUETTES A GOGO #4 – POSH ISOLATION RECORDS

J’sais pas si je devrais pas aller pioncer maintenant moi…

Ouais parce que là tout de suite, j’ai encore du barbelé dans mes oreilles. Faut dire que j’voulais dormir mais un de mes chats fous s’est mit à appeler les coquines du tiéquar.

Impossible de dormir. La flemme de me lever. J’ai préféré planter mon corps dans un bain d’acide en plein ébullition dont les vapeurs chimiques me donnent l’impression d’hallucinations aux poinçons de légère anxiété (putain j’sais pas si t’arrives à me suivre) faisant ainsi basculer mon esprit dans un slow post-punk-experimental et une spoken noise r’n’b-conceptuelle.

Et si j’te dis ça, c’est parce que le 29 novembre EL BOSS du label Posh Isolation Records nous un livre un nouvel album.

 

Comme toujours c’est beau. C’est magique. C’est superbe.

T’as forcément écouter dans ta life le Posh Isolation Records ou alors c’est que tu fais partie d’une bande de bofs prolos croyant qu’en s’défonçant au gaz hilarant le monde sera meilleur.

Et si tu fais parti.e des deux, trois personnes qui lisent ma merde, tu auras certainement capté mon putain d’intérêt pour ce label.

Posh Isolation c’est quoi ? C’est d’la bombe !

Mais c’est surtout Christian Stadsgaard et Loke Rahbek (Croation Amor, Vår, Lust For Youth, Olymphia etc.) qui forment à eux deux le duo noise Damian Dubrovnik.

Deux mecs danois qui préfèrent parler de scène expérimentale pour leur musique que de DIY, concept devenu bien trop à la mode comme un sticker que tu colles un peu partout sur le cul de n’importe quoi.

 

Le label existe depuis 2008, de quoi te régaler avec.

 

Bon maintenant et à cet instant précis, mon cerveau est complètement déconnecté de la réalite. Les voiles de mon imagination sont poussées par un vent, tendues sur des fils de verre prêt à casser à tout moment. It’s time to me de dormir.

J’te laisse découvrir par toi-même. Bonne nuit.