CROQUETTES À GOGO #5- Le syndicat des Scorpions RECORDS

« Ma vie est une tartine de merde. »

J’lisais cet article qui disait « tout est dans le titre » (ou comment récupérer des abonné.e.s sur son site personnel). Ben voilà j’ai trouvé mon (sous) titre on verra bien si demain j’suis une star.

Bon sinon on est le 24 et j’vais au travail pendant que mon chef lui se repent de ses enculades devant sa crèche même pas belle.

Et pendant c’temps là, la compagnie des transports en commun lyonnais fait défiler sur toutes ses girouettes de leurs bus « joyeuses fêtes ». Ils auraient écrit « on augmente de 20 centimes le ticket en 2020 » ce serait la même chose.

Dire qu’à Dunkerque City, le pays des héroïques résistant.e.s de l’opération Dynamo, les bus sont gratos. Certain.e.s riverain.e.s se plaignent d’une croissance des agressions dans les transports en commun alors que partout ailleurs Dunkerque est plébiscitée pour son droit à la mobilité gratuite.

Très cher Collomb – enfin bientôt Cucherat – t’sais c’qui te reste à faire hein ?!

Sinon j’écoute ce mix là du Syndicat des Scorpions. Un label qu’il faut que tu soutiennes.

Donc au lieu d’acheter des barbies à ta fille et des soldats à ton fils, au lieu de te farcir la dinde en face de toi, j’parle de bouffe ou de ta cousine à toi d’choisir, au lieu de payer ta putain de taxe d’habitation que t’as encore oublié de régler (la « houchma » à toi) et qui va prendre 10%,

Files ta thune que t’as misérablement gagné à Nicolas, le gars qui s’cache derrière ce label messin, qui soit dit en passant, fait référence au nom emprunté à un court métrage 2084 de Chris Marker réalisé en 1984 – clin d’œil (enfin j’crois) au roman de George Orwell – à l’occasion du centenaire du syndicalisme.

En réalité Nicolas en à rien à fichtre de ton blé, lui c’qu’il veut c’est nous faire du bien.

Tiens d’ailleurs j’te balance quelques sons ici et là histoire de tuer le temps. J’allais pas me mettre à fond alors que la moitié d’la boîte est en train de fourrer j’sais pas quoi, j’sais pas où.

Et ça commence par ce one-man-band picard du nom de TG Gondard aka Colombey aka Mon Albertten et qui nous fait kiffer avec son r’n’b mélodramatique.

P’tain tu sais quoi, j’sens que la journée va être longue à rien foutre, en plus j’suis limitée à des sites : j’peux même pas aller voir quelques gonzos pour patienter sur le net. Fuck la vie !

Quoique tu m’diras j’profite des envois chronos du boulot pour envoyer tous les godes à la famille histoire de les faire vibrer de plaisir au cas où ils ou elles auraient des Désir de Mort en écoutant de la coldwave bisontine.

Le Syndicat des Scorpions nous ravie avec ses chansons poetico-romantiques, fragiles et lo-fi à la limite d’une acid-house artisanale ou comme avec sa variété minimale aux airs tristes tel que nous chante Régis Turner l’un des fondateurs du label Indian Redhead.

J’t’ai pas tout dit sur Le syndicat des scorpions, de toute façon c’est le genre de label qui marche à tous les coups surtout les soirs d’hiver. T’as juste à piocher et te régaler des douces comptines aux sonorités parfois bricolées.

Alors si tu t’emmerdes ce soir ou alors si toi aussi t’en à rien à branler de Noël, que t’as envie d’écouter un truc en mangeant un couscous, que t’en as marre d’avoir la chiasse parce que c’est la gastro en c’moment, console-toi en en apportant entièrement ton soutien indéfectible au label.

Merde déjà presque 14h ! Moi qui voulait rêver que j’ken avec un bogosse en écoutant cette compil’ faut vraiment que « j’travaille » un peu en te laissant avec le maître incontesté de solo-doom-disco-dance-punk bruxelloise aux sonorités cheap tantôt envoûtantes, tantôt tristes, Christophe Clébard.

Je t’embrasse.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s