Croquettes à GOGO #11 – The Melvins

Bon me v’là de me retour à quelques jours de l’abandon des rats , après que Jésus est fait son rototo en buvant des litres de lait au biberon.

Qu’ai-je donc fait pendant tout c’temps là ? Bah… J’me suis chiée d’ssus, j’ai chialé, j’suis tombée amoureuse, j’ai kiffé, j’ai bu malheureusement pas assez histoire d’oublier c’monde à chier.

Et puis j’me suis débranchée du – presque – monde, enfin surtout d’la téloche et d’la radio et de tout ces programmes qui dégradent inexorablement le reste de mes capacités cognitives qui n’ont pas été – encore – altérées par la drogue. Pour te dire j’sais même plus si Marine Lepen a toujours peur du noir ou lequel de nous achètera en premier un album de Patrick Bruel.

Puis j’ai de nouveau bu, j’ai perdu toutes bonnes manières, j’ai aimé, détesté, baisé encore et encore mais pas assez pour ne plus souffrir d’orgasmes à répétition devant PornTV à tel point que j’ai cru que j’allais finir comme Gretchen Molannen (du gâchis pour l’vieux Rocco qu’il disait) et puis j’ai maté une bonne dizaine de fois c’tte scène magnifique extrait de Brain Damage pour finalement glander à écouter d’la frappe.

Tiens d’ailleurs v’là la bombe atomique eargasmique comme dirait certains followers de Soundcloud (un genre de minitel rose pour fan d’zik)

MELVINS ! Si tu m’dis que c’est d’la merde tu dégages !

Non sérieux, j’en ai rien à fiche moi, d’plaire ou pas, d’être ou ne pas être, va boire ton verre de Viognier (j’fais un peu d’peu d’placement d’produits héhé) ailleurs et m’fais pas chier ou alors si tu kiffes comme si tu faisais une pénétration anale à heu… Katsuni. (p’tain mais elle devient quoi elle maintenant ?!) tu peux rester.

Les Melvins c’est avant tout une histoire d’amour de grunge en passant par le death, le black metal, de noise-rock ou encore le doom metal leadé par ce génialissime Buzz cousin très éloigné du Black Sabbath d’Ozzy Osbourne, quoique c’est très réducteur de définir les Melvins, mais v’là je voulais te parler de passion, d’amour et p’têt même de masturbation.

C’est vrai quoi écoute Lysol cet album me donne juste envie de me toucher. Un son dégueulassement confortable qui t’envoie jusqu’à cet état qu’on appelle l’orgasme. Un album qui m’rend dinguement sensuel, où tout ton corps, cerveau ne peut s’opposer à aucun refus. Un peu comme quand j’me retrouve devant le beau gosse.

Bref les Melvins tournent depuis près de 30 piges, tout a commencé à Aberdeen (en 83 ptêt 84) alors que « King Buzzo » chanteur et guitariste, Matt Lunkin, bassiste (qui a ensuite rejoint Mudhoney) et Mike Dillard à la batt’ (peu après remplacé par le connu Dale Crover) étaient encore que des lycéens. (Le poste de bassiste a eu un sacré turnover, j’te fais pas la liste t’as tout sur le vortex spatiotemporel que certain.e.s appellent Internet)

Ainsi leur longévité a fait d’eux un groupe culte au point de leur payer en 2004 les honneurs du centre Beaubourg à Paname City.

Les Melvins c’est aussi un puissant anesthésiant psyché sous forme musicale. Obsédant, lascif, sale.

Infesté de riffs puissants et de rythmiques type rouleau compresseur, de rock lourd, de sauvagerie, bref un groupe qui va à l’essentiel.

Le groupe explore l’énergie sous toutes ses facettes en repoussant les limites du rock avec un sens aigu de l’expérimentation.

Faut qu’tu saches que les Melvins ont été une grande source d’inspiration pour des groupes comme Mudhoney ou encore Nirvana (entretenant une forte amitié avec ce dernier) et ont ouvert la route au néo-metal des Limp Bizkit ou encore Korn (du Melvins dilué avec un beat disco haha) mais seraient aussi responsables de la BO du film porno Between The Cheeks 3 de Gregory Dark (oui oui le mec qu’a fait le clip From the Bottom of My Broken Heart de Britney Spears)

Bon là en vrai, pour la musique du film porno, j’suis tombée sur un forum d’aficionados du groupe pour cette info, vrai ou faux j’en sais fichtre rien, j’ai commencé à mater ce film hier mais p’tain ça m’surprend du peu que j’ai entendu, mais faut dire que c’était entremêlés de « han » et de « hmmm » )

Voilà j’t’ai balancé quelques extraits qui m’parlent mais leur disco est tellement mortellement énorme que j’t’invite à découvrir par toi-même la vie, ‘fin leur musique histoire de te faire dépuceler si c’est pas déjà fait.

En attendant : Gloire aux Melvins !

Maintenant je retourne m’affaler dans mon canapé crevé, avec mon spliff de henné histoire de réfléchir à ma retraite anticipée et d’râler sur les gens qui devraient faire plus attention là où ils marchent parce que ouais c’est à cause d’eux si les castors ont la queue plate (information non confirmée), bref j’te fais iech avec mes jérémiades, ‘fin tu m’diras les p’tits bâtards de l’Académie Française nous ont bien saouler aussi avec leurs histoires de grammaires ou de fadaises y’a pas si longtemps.

Edit : quand j’ai commencé cet article, il faisait beau dans ma tête, des lépidopteres s’tapaient une lambada dans mon ptit bidon d’salope comme me l’a si justement signifier le bellâtre du 9-Z mais v’là aujourd’hui j’ai le bourdon, l’cafard. ‘Fin tu m’diras si j’te voyais porter un slip en cuir façon Manowar, là en vrai j’me dirai c’est toi qu’est dans le bad mec.

Bisous.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s